29 décembre 2006

République bananière

Une découverte, le blog de Corinne Lepage, avec un bel article, Trafic d'influence (et des tas d'autres, allez y faire un tour...) sur l'avenir de quelques fournitures fondamentales (gaz, électricité...). Je vous le donne ici...

Avant les voeux traditionnels, les Français ont eu le droit à deux surprises sympathiques qui démontrent jusqu'où s'étend le champ du trafic d'influence dans notre pays ainsi que le règne du cynisme et du mensonge.
Tout d'abord, la disposition votée à la sauvette à la demande expresse des marchands d'eau d'interdire aux départements de moduler les subventions en fonction du choix des communes, en faveur de la régie ou de la délégation du service public de l'eau. Henri Emmanuelli, dont je partage peu de points de vue, avait décidé de cette mesure. Le Conseil d'Etat lui a donné raison, et c'était un bienfait pour tous les usagers qui payent moins chère leur eau quand elle est en régie que quand elle est concédée. C'était trop. Nos députés ont donc voté une loi qui l'interdit. Les usagers paieront donc le prix fort. Pour comprendre pourquoi, je vous invite à lire le très intéressant ouvrage de Vincent Nouzille, « Députés sous influence ».
Deuxième nouvelle :le prix du gaz et de l'électricité ne seront plus réglementés et on nous a donc très clairement menti et les sociétés nouvellement privatisées pourront donc librement fixer le prix. De plus, le bas coût de l'énergie qui justifie auprès des français le maintien de la filière nucléaire fera désormais partie de l'histoire, non pour des raisons environnementales et d'économies d'énergie, mais de profit des sociétés privatisées.
Beau cadeau qui consiste à nous faire supporter les risques du nucléaire pour le reste de l'Europe, à nous transformer en poubelle nucléaire et à nous faire payer le même prix que pour de l'énergie verte qui, elle, crée des emplois et s'inscrit dans le développement durable. Nous avons vraiment l'impression que le mot d'intérêt général a perdu tout son sens.

1 commentaire:

  1. J’ai parcouru un article du journal Le Parisien sur la libéralisation du secteur de l’électricité qui doit avoir lieu en 2007 et j’avoue que je ne suis pas sur de bien avoir compris le message.

    Je retiens que la libéralisation implique obligatoirement l’émergence de concurrents à EDF. Je retiens également que cette libéralisation aura pour conséquence d’augmenter les tarifs de manière substantielle. Je retiens que le consommateur n’aura dans bien des cas guère le choix de son fournisseur contrairement à l’idée que l’on se fait habituellement de la libéralisation totale prônée par les instances européennes. Je retiens toujours que la commission de Bruxelles a le droit de se retourner contre la France si elle estime que les prix offerts par l’opérateur de référence, EDF, sont trop bas.

    Mais ais-je bien compris ? Si oui à qui profite cette libéralisation pas si libérale que cela ?

    Une réponse me vient à l’esprit; La libéralisation a pour but d’offrir à bon compte aux capitaux de la mondialisation orchestrée par l’hyperpuisance américaine de nouvelles opportunités d’investissement. Mais où est donc passé la « gauche du NON » Chevènement ! Mélenchon ! Emmanuelli ! Montebourg ! OU ÊTES-VOUS ??
    http://pourlafranceetgroslay.over-blog.com

    RépondreSupprimer